Voici un article publié le 4 juin juin 2015 sur le site "Stars du Congo", et que l'on peut retrouver ici.

Je remercie Aimé Eyengué, qui n'a jamais laissé passer la moindre occasion pour parler de mes blogs, et c'est pour cela qu'ils sont si populaires auprès des étudiants de Brazzaville. J'ai pu l'observer moi-même sur place. Mais au-delà, je vois bien, que le blog "Liss dans la Vallée des livres" est un support utile pour bon nombre de lecteurs, étudiants ou élèves, où qu'ils résident. Certains se permettant même de me demander de l'aide pour leurs devoirs... Or un blog est censé nous aiguiller dans nos recherches, et non pas nous permettre de nous dispenser du travail personnel à accomplir pour entrer au coeur des textes. 

Voici l'article d'Aimé Eyengué :

 

Depuis la dynamique de célébration des 60 ans de la Littérature congolaise, Liss Kihindou, qui s’est révélée au grand public avec son chef-d’œuvre Détonations et Folie paru aux éditions L’Harmattan en 2007 après son premier livre J’espère paru en 2005 dans un relatif anonymat, est, depuis, l’écrivaine congolaise qui a été la plus constante dans la production des œuvres de l’esprit tendant à la mise en valeur de la culture congolaise.

Elle écume les salons, les tables-rondes et les conférences de toutes parts, avec sa Fleuvitude bien sûr, qui se propose à tous les flots de la planète, de la Seine à la Méditerranée : elle n’en démord point, en dépit de ses charges familiales et professionnelles bien immenses. Elle a roulé sa bosse dans la critique littéraire comme dans la prose et les vers. Elle enseigne les humanités comme elle enseigne le latin (tiens, le latin… du Quartier Latin même… suivez mon regard), à l’école de Jules Ferry et les écoles de France et de Navarre, tout en faisant profiter de son savoir-faire ses admirateurs du Congo via ses deux blogs littéraires, Internet aidant.  

On peut la retrouver dans quasiment tous les ouvrages collectifs de ces trois dernières années comptant des écrivains d’origine congolaise : Sous mes paupières, Sirène des Sables (première anthologie des Femmes écrivaines du Congo Brazzaville), Ce soir quand tu verras Patrice (anthologie en Hommage à Patrice Lumumba), Noces de Diamant (anthologie des 60 ans de la littérature congolaise, à paraître chez L’Harmattan)… sans compter les hommages poétiques qu’elle n’a cessé de rendre aux écrivains congolais qui s’en sont allés depuis 1995, soit l’année de ses 19 ans, du haut de sa stature de passionnée des lettres entamée depuis la revue collégienne historique du Congo de l’époque, nommée Ngouvou. Liss est même montée sur les planches au Congo, à l’école de Marie-Léontine et,  surtout, de l’illustre dramaturge Sony Labou Tansi pour lequel on fête tambour battant les 20 ans de la disparition cette année.

Finalement, nous ne sommes point surpris que Liss soit la première écrivaine à se brancher avec le courant de la Fleuvitude que nous nous employons à faire passer partout comme une fibre optique fluvial dans l’espoir qu’il illumine les chemins de la pensée que la vie nous offre comme le fleuve…

Alors, Liss, bien lisse, est, à n’en point douter, l’écrivaine congolaise qui fédère le plus la jeunesse congolaise autour de son blog, quoique elle ne réside pas au Congo : la deuxième édition du Salon du livre de Brazzaville (un carrefour des jeunes devant le fleuve témoin) qui a eu lieu du 5 au 7 décembre 2014 sur le thème La Culture pour émerger, a été l’occasion pour nous de nous rendre compte de sa popularité auprès du public de ce salon, tant son ombre planait sur ce salon du livre en référence à son blog Liss dans la vallée des livres, malgré son indisponibilité physique. Le public de ce salon a beaucoup pensé à elle par le biais de La Morsure du Soleil, sa dernière production littéraire inondée de flots de la vie.

Et c’est au bord de la Loire, du 29 au 31 mai 2015, à l’occasion du Salon du livre de Saint-Cyr-sur-Loire, que son bateau de livres a accosté, sur invitation des éditions L’Harmattan. 

Au nom de la Fleuvitude, Dieu fasse que Liss soit la lumière de la troisième édition du Salon du livre de Brazzaville, prévue du 4 au 8 décembre 2015, sur le thème Le Fleuve Congo et Nous.

Si vous entendez Bakento, pensez Liss.

 

Aimé Eyengué

Dernier ouvrage publié :

Par les temps qui courent…

L’Harmattan, 2015