20171119_133506

La neuvième édition du Salon du Livre et des Arts de L'Haÿ-les-Roses s'est tenue les 18 et 19 novembre 2017 au Moulin de la Bièvre. Elle avait pour thème "Désirs de Bretagne", avec Irène Frain comme Présidente, que j'avais rencontrée une première fois au Festival du livre de Mouans Sartoux. Très simple et sympathique. Ses paroles font tout de suite résonnance. Son livre La fille à histoires remue les secrets de famille. 

20171118_142515

 (Irène Frain et Liss)

Après un samedi plutôt calme, laissant largement aux participants l'occasion de faire connaissance les uns avec les autres, la journée du dimanche a été vivante et riche en rencontres et en animations. Découvrir d'autres artistes, avoir l'impression que l'on a eu, le temps d'un week-end, bien plus que deux yeux pour observer le monde, car les autres nous ont prêté leurs yeux ! 

 

20171119_133540

(Liss et Marie-France Lavalade)

 

Avoir la chance de recueillir déjà les impressions de lecture d'une lectrice qui, aussitôt après avoir acheté votre livre, commence à le lire... ça c'est exceptionnel ! Et c'est ce que j'ai vécu avec Marie-France Lavalade, qui est essayiste. Elle a publié un livre sur George Sand, s'intéressant notamment à sa relation avec le graveur Alexandre Manceau. Le livre, intitulé George et Alexandre, sous-titré Portrait de George Sand, permet de découvrir autrement une écrivaine que l'on croit connaître. Merci à elle pour ces instants partagés.

 

20171118_171843

 

C'est aussi une chance de pouvoir rencontrer des collègues enseignants. Le livre jeunesse Mwanana la petite-fille qui parlait aux animaux retient visiblement l'attention de ceux qui travaillent avec les jeunes, mais pas seulement ; il retient l'intérêt de ceux qui ont des enfants et petits-enfants, auxquels ils veulent faire plaisir en leur offrant ce livre. Cela m'encourage à poursuivre cette aventure de l'écriture pour les plus jeunes !  

 

20171118_145754

 

Ce salon a été pour moi l'occasion de rencontrer pour la première fois Guy-Alexandre Sounda, alors que l'on se connaît et se "fréquente", via Internet, depuis plusieurs années. Ses Confessions d'une sardine sans tête n'ont pas fini de séduire, et pour preuve, elles ont motivé la venue au salon de Rose-Marie Courant, qui elle-même est artiste, une artiste qui se soucie particulièrement de l'image que l'on donne de l'Afrique. Elle sait combien les grands médias participent parfois à biaiser la perception que l'on peut avoir du continent. Elle, elle préfère lire ce que les auteurs d'Afrique disent de l'Afrique. Elle est venue au salon dans cette intention. Direction la table où Liss Kihindou et Guy-Alexandre étaient assis côte à côté, et la voilà qui fait main basse sur leurs livres !

 

20171119_162359

Rose-Marie Courant, vous avez été un rayon lumineux pour nous, à ce salon.

 

20171118_174054

(Laurent Desvoux d'Yrek avec son Chapoème du verbe Poaimer)

J'ai fait une belle découverte, celle de l'association "Le Verbe Poaimer", animée par Laurent Desvoux D'Yrek. On perçoit tout de suite le jeu de mots avec "le rendez-vous". Laurent n'aime pas seulement les mots ; les mots sont surtout pour lui le meilleur prétexte pour tisser des liens avec les hommes, quelle que soit leur origine. J'ai été séduite par la créativité et l'action de cette association, qui organise entre autres des concours de poésie. Les prix ont d'ailleurs été décernés au salon. Le Verbe poaimer a aussi proposé une animation qui a eu beaucoup de succès auprès des auteurs en dédicace : "Photo-tableau : mon vers, ma phrase" ! Une belle animation, avec la collaboration de la photographe Maya Angelsen. 

Photo-Tableau par Maya Angelsen

 (Crédit photo : Maya Angelsen)

 

J'ai fait la connaissance d'une autre artiste-photograpge : Karin Lansen, dont la sensibilité et la générosité transparaissent sur son visage, dans ses paroles, dans ses actes. Merci à elle pour tout ce qu'elle fait, pour son soutien à Anne D'Hervé.

Eh oui ! toutes ces rencontres, nous les devons à la Présidente de la Roseraie des cultures, notre chère Anne, qui fait tant pour les arts, qui crée le lien entre les continents, entre les populations, entre les artistes... Merci Anne !

 

20171119_180421

(Liss et Karin Lansen)

Enfin, quelle chance d'avoir eu le temps d'échanger avec Daniel Maximin. J'ai pu recueillir des témoignages précieux. "Sony, c'était mon frère d'Afrique, on a même écrit des oeuvres croisées". Une relecture de "Soufrières", de Daniel Maximin, et des "Yeux du Volcan" de Sony Labou Tansi s'impose ! Mais rien qu'en lisant L'île et une nuit, dont j'ai fait une critique sur le blog Liss dans la vallée des livres, le lecteur attentif prend la mesure de la complicité qui liait les deux auteurs. Voici ce que l'on peut lire à la page 162 de l'édition du Seuil, collection Points :

"Les yeux du volcan n'auront pas su te prolonger d'une vie et demie..."

 

20171119_181519

(Daniel Maximin et Liss)

Mais nous avons aussi et surtout parlé de Césaire. Qui mieux que Daniel Maximin peut vous parler de l'auteur du Cahier d'un retour au pays natal ? Le pays natal, les origines, l'identité... sont des thèmes essentiels chez Césaire, mais tout ne se trouve pas dans ses livres, il est aussi précieux de recueillir les témoignages de ceux qui l'ont fréquenté, ceux qui étaient ses intimes, comme Daniel qui lui a consacré un livre, Aimé Césaire, frère volcan

 

20171119_183155

(Anne d'Hervé, Liss et Abdourahman Waberi)

J'ai aussi eu l'opportunité de discuter avec Abdourahman Waberi, avec qui nous avons plusieurs points communs, notamment celui d'avoir la même université d'attache : Nanterre. Je le remercie pour ses conseils, qui sont à l'image de sa dédicace : "Ce monde est à nous tous". Bon, faut investir ce monde, aller au bout des choses, ne pas se laisser perturber... "Faut pas être timide, Liss !"

 

20171119_183430

  (Daniel Maximin, Anne d'Hervé, Karin Lansen, Liss Kihindou et Abdourahman Waberi)